La République Démocratique du Congo décentralise l’utilisation de la PGAI au niveau provincial

April 26, 2013
Wayan Vota
Aid Effectiveness & Management, En Français

La Constitution du 18 février 2006 a adopté la décentralisation comme mode de gestion des affaires de l’Etat à travers trois paliers du pouvoir (central, provincial et local) et prévoit le passage de l’Etat congolais de 11 à 26 provinces. De plus, le Forum national de haut niveau sur l’efficacité de l’aide qui a eu lieu en 2009 à Kinshasa a permis d’identifier un besoin réel au niveau des provinces de disposer d’informations fiables et en temps réel sur les projets mis en œuvre dans leur circonscription.

La plupart des projets financés par les bailleurs étant exécutés dans les provinces, l’accès à la PGAI doit pouvoir leur permettre de planifier au mieux leurs activités et surtout d’évaluer l’impact des interventions des partenaires au développement sur le terrain.

Fidele Mokute, Administrateur de la PGAI en RDC, également présent au 5e Atelier de Partage des Bonnes Pratiques PGA, a mis dans son intervention l’accent sur le processus de décentralisation de la PGAI dans les provinces du pays.

Des missions d’analyse des conditions d’extension de la PGAI ont été effectuées dans les provinces du Nord et Sud-Kivu, Kasaï-Occidental, Kasaï-Oriental, Bas-Congo, Bandundu, Katanga, Province Orientale et Kinshasa. Pour le moment, seules les provinces de Bandundu et du Katanga sont connectées à la PGAI, mais l’accès au système sera étendu aux autres provinces au cours de l’année 2013 avec le support technique de Development Gateway.

Selon M. Mokute, l’un des avantages de la décentralisation de la PGAI est de pouvoir donner la possibilité aux ministères provinciaux de participer au processus d’entrée et de validation des données sur les projets exécutés dans leurs provinces puisqu’ils ont, dans la plupart du temps, des informations supplémentaires ou plus détaillées sur leurs propres projets, par rapport aux ministères centraux.

En outre, grâce à leur retour d’information, les acteurs de développement ont la possibilité d’analyser et de produire des rapports sur l’aide, afin d’aider à mieux répartir l’aide dans les provinces les moins représentées.

Share This Post

Related from our library

Échos du secteur de la noix de cajou – André M. Tandjiekpon

André M. Tandjiekpon, Secrétaire exécutif du Conseil international consultatif du cajou (CICC), donne un aperçu du travail du CICC et explique comment la plateforme Cashew-IN développée par DG contribuera à son travail.

June 15, 2022 Agriculture
Joseph Zerbo
Échos du secteur de la noix de cajou – Joseph Zerbo

Joseph Zerbo, conseiller aux affaires économiques directeur général du Conseil burkinabé du cajou (CBA), dresse un panorama de la filière cajou au Burkina Faso.

May 25, 2022 Agriculture
Roland Oroh
Échos du secteur de la noix de cajou – Roland Oroh

Roland Oroh, Président du Comité de pilotage national du Nigéria, donne un aperçu du secteur du cajou au Nigeria et explique comment la plateforme Cashew-IN développée par CNFA et DG soutiendra son travail.

May 19, 2022 Agriculture