Échos du secteur de la noix de cajou – Roland Oroh

May 19, 2022 Agriculture Constance Konan, Aminata Camara Badji, Analisa Goodmann
En Français, Program

En 2020, Cultivating New Frontiers in Agriculture (CNFA) s’est associé à Development Gateway (DG) dans le cadre du projet USDA West Africa PRO-Cashew pour développer la plateforme de collecte et d’analyse de données Cashew-IN

Le projet a identifié des lacunes dans la collecte, le stockage, l’utilisation et la diffusion des données relatives au secteur du cajou dans les cinq pays de mise en œuvre (Côte d’Ivoire, Bénin, Burkina Faso, Ghana et Nigeria). Le projet s’efforce maintenant de combler ces lacunes par le biais d’un système de gestion des données sur la noix de cajou dans plusieurs pays (Cashew-IN) qui facilitera l’accès aux données et leur utilisation pour améliorer la prise de décision des décideurs, des agriculteurs et du secteur privé. L’objectif ultime est de générer de meilleurs résultats sur le marché de la noix de cajou dans ces pays.

Roland Oroh, président du Comité national de pilotage de la noix de cajou du Nigeria, donne un aperçu du secteur de la noix de cajou au Nigeria et explique comment la plateforme Cashew-IN développée par CNFA et la DG soutiendra son travail.

Roland Oroh

Pouvez-vous nous donner un aperçu des difficultés d’accès aux données dans le secteur de la noix de cajou au Nigeria ?

Il n’existe pas de moyen officiel et organisé d’agréger les données du secteur du cajou, même si de grandes quantités de données résident dans les organisations et institutions des secteurs public et privé ayant pour mandat de travailler sur la recherche, la production et le commerce des produits du cajou. Des institutions comme l’Institut de recherche sur le cacao du Nigeria (CRIN), le ministère fédéral de l’Agriculture, le ministère fédéral de l’Industrie. Les institutions comme le Cocoa Research Institute of Nigeria (CRIN), le ministère fédéral de l’Agriculture, le ministère fédéral de l’Industrie, du Commerce et de l’Investissement (FMITI), le Nigeria Export Promotion Council (NEPC), la Banque centrale du Nigeria (CBN), la National Cashew Association of Nigeria (NCAN), le National Bureau of Statistics (NBS) et le Nigeria Agribusiness Register (NAR) disposent toutes de quelques données sur le cajou. Mais ces données doivent être collectées régulièrement, mises à jour, agrégées et présentées de manière à ce qu’elles aient de la valeur pour les différents utilisateurs des données. Il y a différents utilisateurs et ces utilisateurs ont des besoins différents. Ce qu’il faut faire maintenant, c’est présenter les données d’une manière harmonisée pour servir différents objectifs.  

Quelle est votre stratégie pour contribuer au développement du secteur de la noix de cajou au Nigeria dans les 5 prochaines années ?

Il doit y avoir un plan de développement du secteur de la noix de cajou au Nigeria. Ce plan comprendra une stratégie. Nous produisons actuellement 300 000 tonnes par an. Mais les besoins en NRC du commerce d’exportation et des transformateurs locaux semblent être beaucoup plus importants que notre production actuelle. Il est également nécessaire de réduire le commerce spéculatif de la MRC, qui fait baisser les prix locaux de la MRC au début de la saison commerciale, ce qui nous écarte du marché international. Il est nécessaire d’augmenter notre rendement et les hectares cultivés en noix de cajou. Tout cela devrait se faire au niveau des États. De plus en plus d’États s’intéressent désormais à la culture de la noix de cajou afin de soutenir leur économie rurale et de générer des recettes générées en interne (IGR). Nous devons également mettre davantage d’amandes originaires du Nigeria sur les marchés nationaux et internationaux. Le développement du marché des amandes doit donc se faire le plus rapidement possible. Il est également essentiel d’obtenir un financement durable pour le secteur. La Banque mondiale a exprimé son intérêt à soutenir le secteur au Nigeria. Tout cela et bien d’autres choses encore constitueront le plan national de développement de la noix de cajou. Ce plan est actuellement en cours d’élaboration et, une fois approuvé par les opérateurs du secteur et le gouvernement, il s’étendra sur 5 ans. Le plan comportera des repères et des jalons clairs permettant de vérifier si des progrès sont réalisés au cours de sa mise en œuvre. Un comité national mis en place par le ministère fédéral de l’agriculture et du développement rural, présidé par le secteur privé et coprésidé par le gouvernement, élabore ce plan. Le comité est soutenu par le projet Pro-Cashew. En fin de compte, l’objectif du Nigeria avec le plan de développement national du cajou est de devenir le deuxième plus grand producteur de NCR en Afrique, après la Côte d’Ivoire, dans les 5 ans et de contribuer de manière significative aux amandes du Nigeria sur le marché international. 

Comment la plateforme Cashew-IN peut-elle vous aider à atteindre vos objectifs ?

Les données et les informations sont le moteur du développement de tout secteur. Nous ne saurions donc trop insister sur le rôle de la plateforme Cashew-IN dans le développement du secteur nigérian de la noix de cajou, d’autant plus que nous poursuivons une approche de développement axée sur le marché et le secteur privé. La plateforme a été lancée il y a trois semaines au Nigeria et était la deuxième en Afrique de l’Ouest. Au niveau du Comité national de pilotage, nous sommes très enthousiastes à propos de la plateforme Cashew-IN et nous sommes impatients de mobiliser toutes les parties prenantes pour soutenir la plateforme en vue de la durabilité et de la création de valeur. Nous utiliserons la plateforme pour informer, sensibiliser et soutenir la prise de décision des agriculteurs, des commerçants, des décideurs et des chercheurs afin de réaliser l’objectif du Nigeria de devenir ou de maintenir la position de deuxième plus grand producteur de NCR en Afrique et de premier producteur et exportateur d’amandes d’Afrique vers les marchés mondiaux d’ici 5 à 10 ans. 

Cette interview a été modifiée pour des raisons de clarté et de style. 

Pour en savoir plus sur Cashew-IN, consultez notre liste de lecture du programme Cashew-IN sur YouTube.

Pour toutes questions ou suggestions, merci de vous rapprocher de Madame Constance Konan, ckonan@developmentgateway.org

Partenaires

USDA

Le ministère américain de l’agriculture est un département fédéral qui assure le leadership dans les domaines de l’alimentation, de l’agriculture, des ressources naturelles, du développement rural, de la nutrition et des questions connexes, sur la base de politiques publiques, des meilleures données scientifiques disponibles et d’une gestion efficace. Grâce à son projet PRO-Cashew, l’USDA s’efforce de stimuler la compétitivité des producteurs ouest-africains en améliorant l’efficacité et la qualité de la production et du commerce, et en travaillant à l’élaboration de politiques régionales plus cohérentes en matière de commerce et d’investissement.

CNFA

Cultivating New Frontiers in Agriculture est une organisation internationale de développement agricole spécialisée dans la conception et la mise en œuvre d’initiatives agricoles durables basées sur les entreprises. CNFA travaille avec des entreprises, des fondations, des gouvernements et des communautés pour établir des partenariats locaux et mondiaux personnalisés qui répondent à la demande croissante de nourriture dans le monde. Depuis sa création en 1985, nous avons conçu et mis en œuvre des initiatives de développement agricole basées sur les entreprises afin de faciliter l’accès au marché, d’améliorer la compétitivité des entreprises agricoles, d’accroître la productivité et d’améliorer l’accès aux intrants et au financement dans 47 pays du monde.

Share

Recent Posts

Photo by @irewoledeIrewolede on Unsplash
Launching: Digital Advisory Support Services for Accelerated Rural Transformation (DAS)

The Digital Advisory Support Services for Accelerated Rural Transformation (DAS) Program launched in March 2022 and will go through March 2025. Development Gateway: an IREX Venture (DG) will implement the grant in partnership with Jengalab and TechChange to advance Information and Communication Technology for Development (ICT4D) in the agricultural sector across Africa, the Middle East, and Central Asia.

October 21, 2022 Agriculture
Nigeria’s Changing NPK Market (Part 2)

In their second blog exploring Nigeria’s changing fertilizer market, Vinisha Bhatia-Murdach and Scott Wallace dive deep into the details of the NPK fertilizer market and explore how Nigeria became a leader in this space. They also discuss why the VIFAA Nigeria dashboard is an important part of ensuring access to information at each point in fertilizer supply chain.

October 4, 2022 Agriculture